CANCER DE LA VESSIE

ÉPIDÉMIOLOGIE

LE CANCER DE LA VESSIE : UN ENJEU DE SANTÉ PUBLIQUE

0
de personnes sont diagnostiquées ou traités pour un cancer de vessie dans le monde
0ème
cancer le plus fréquent chez l’homme en France
0ème
cancer le plus fréquent chez la femme en France
25% des cancers diagnostiqués sont des cancers infiltrant le muscle
50% des cancers infiltrant le muscle récidivent
75% des cancers diagnostiqués sont des cancers n’infiltrant pas le muscle
17% des cancers n’infiltrant pas le muscle au départ le deviendront

NOMBRE DE NOUVEAUX CAS DE CANCER DE LA VESSIE PAR AN

LES FACTEURS DE RISQUE

Le cancer de la vessie est associé à un certain nombre de facteurs de risques, favorisant le développement de lésions vésicales.
A ce jour aucune méthode, non-invasive n’est suffisamment performante pour détecter les cancers de vessie précoces et ainsi être utilisé comme outil de dépistage.

TABAGISME

Le tabac représente le principal facteur de risque et est associé à la genèse de la pathologie dans plus de 50% des cas.

EXPOSITION PROFESSIONNELLE

L’exposition en milieu professionnel à deux ensembles de substances chimiques cancérogènes : amines aromatiques et les hydrocarbures aromatiques polycycliques, est le deuxième facteur de risque et est responsable de 5 à 25 % des cancers de la vessie. Ainsi les industries chimiques, du caoutchouc, de la métallurgie et textile sont des secteurs à risque.

ENVIRONNEMENT

Les facteurs environnementaux, tels que la pollution atmosphérique et des eaux représentent également des facteurs de risque.

DIAGNOSTIC

COMMENT LE CANCER DE LA VESSIE EST-IL DIAGNOSTIQUÉ ?

SYMPTÔMES

L’hématurie, c’est-à-dire la présence de sang dans les urines est le principal symptôme clinique évocateur d’un cancer de vessie.

Des signes d’irritation vésicale peuvent également être observés et se traduire par une fréquente envie d’uriner, et des infections urinaires à répétition.

Au regard de ces signes cliniques, l’urologue prescrit plusieurs examens pour lui permettre de poser un diagnostic : une échographie de l’appareil urinaire, une cytologie urinaire et une endoscopie vésicale.

ECHOGRAPHIE DE L’APPAREIL URINAIRE

L’échographie est un examen d’imagerie permettant l’exploration de la voie excrétrice urinaire afin de détecter les éventuelles anomalies vésicales et notamment les gros polypes ( >5mm ).

Elle est pratiquée soit par un radiologue ou directement par l’urologue.

CYTOLOGIE URINAIRE

La cytologie urinaire est avec l’endoscopie vésicale, l’examen de référence pour la détection et la surveillance des tumeurs de vessie non-infiltrantes. L’anatomopathologiste observe au microscope les modifications morphologiques des cellules urothéliales présentes dans les urines et détecte ainsi les cellules tumorales.

ENDOSCOPIE VÉSICALE

L’endoscopie vésicale est pratiquée soit dans le cadre du diagnostic soit dans le cadre de la surveillance de lésions de vessie.
Cet examen permet par le biais d’un endoscope muni d’une caméra d’examiner la paroi de la vessie en passant par l’urètre, de valider ou non la présence de polypes.
L’urologue pourra procéder au cours de cet examen à une biopsie des lésions suspectes.

ANALYSE HISTOLOGIQUE

A l’issue d’une biopsie de polypes, l’anatomopathologiste analyse au microscope les tissus prélevés afin de confirmer le diagnostic de cancer de la vessie.
C’est l’examen de référence qui permet de définir très précisément le grade (degré d’agressivité) et le stade (niveau d’infiltration : tumeur infiltrant ou non la paroi vésicale) du cancer.

TRAITEMENT

DU CANCER DE LA VESSIE

Les résultats de l’examen histologique permettent à l’urologue de choisir le traitement le plus adapté au patient en fonction des risques de récidives et de progression de son cancer.

Pour les tumeurs n’infiltrant pas le muscle de la vessie, le traitement repose sur une résection complète des lésions, complétée par des cures de chimiothérapie (Mytomicine C) ou d’immunothérapie (BCG) par instillation intra-vésicale pour limiter le risque de récidive.

Dans le cas des tumeurs infiltrant le muscle, le traitement repose sur une combinaison de radiothérapie, chimiothérapie et de l’ablation de la vessie.

De nouvelles perspectives de traitement font leur apparition avec l’immunothérapie basée sur des anticorps (anti-PD1 et anti PDL1) capable de cibler les mécanismes par lesquels les cellules cancéreuses échappent au système immunitaire.

MÉDICAL

  • Immunothérapie :
    • Bacille de Calmette et Guérin — BCG
    • Anticorps Anti-PD1 et anti-PDL1
  • Chimiothérapie :
    • Mitomycine C, MVAC, Gemicitabine et cisplatine
  • Radio-chimiothérapie

CHIRURGICAL

  • Résection transurétrale de vessie (RTUV)
  • Ablation de la vessie (Cystectomie)

LES ENJEUX DU CANCER DE LA VESSIE

LA PROBLÉMATIQUE MÉDICALE

Les taux de survie et de récidive à 5 ans sont corrélés au grade et au stade du cancer.

Le taux de survie est de 95% pour les cancers précoces (bas grades) et de 65% pour les cancers avancés (hauts grades).

Le taux de récidive varie de 55% en cas de tumeurs de vessie de bas grade à 70% pour les tumeurs de haut grade, nécessitant une surveillance du patient, basée sur :

  • La cytologie urinaire
    (peu performante pour les cancers précoces, avec une sensibilité variant de 10 à 40%)
  • L’endoscopie vésicale
    (plus performante mais invasive et pouvant induire des effets secondaires)

Il est ainsi primordial de détecter le cancer de la vessie précocement afin d’optimiser la prise en charge des patients dans le cadre d’un premier diagnostic ou d’une surveillance, tout en réduisant les coûts liés aux soins.

Taux de survie à 5 ans en fonction du stade de détection

BESOIN MÉDICAL EXPRIMÉ

Pour répondre aux besoins des professionnels de santé,
VitaDX développe un nouvel outil d’aide au diagnostic qui soit :

  • NON-INVASIF
  • PLUS PERFORMANT QUE LA CYTOLOGIE URINAIRE POUR LA DÉTECTION DES BAS GRADES
  • REPRODUCTIBLE ET FIABLE
  • SIMPLE À METTRE EN ŒUVRE

UN DIAGNOSTIC PRÉCOCE PAR LA FLUORESCENCE

L’analyse repose sur une méthode spécifique et propriétaire de préparation, de coloration et d’observation de cellules urothéliales couplée à un traitement algorithmique d’images provenant de lames de cytologie urinaire, numérisées en lumière blanche et en fluorescence.

La méthode consiste à observer la localisation de la fluorescence des cellules. La présence de fluorescence localisée de façon péri-membranaire sur les cellules urothéliales est corrélée à la malignité de celles-ci tandis que la présence d’une fluorescence uniforme est signe d’une cellule saine.

L’observation en fluorescence permet de détecter des cellules cancéreuses habituellement considérées comme atypiques par l’anatomopathologiste, c’est-à-dire une cellule sur laquelle il ne pourrait habituellement pas statuer.

La future solution sera compatible avec les techniques de coloration classiquement utilisées dans les laboratoires d’anatomopathologie, permettant une analyse morphologique des cellules en lumière blanche et une analyse du métabolisme en fluorescence permettant la détection de cellules tumorales même à un stade précoce.

LE MACHINE LEARNING AU SERVICE DES MÉDECINS

L’analyse logicielle de VisioCyt repose sur des algorithmes d’apprentissage statistique ou « machine learning » et plus spécifiquement le « Deep Learning ».

Il s’agit d’un ensemble de techniques mathématiques permettant aux algorithmes de résoudre des problèmes à partir de données sans avoir été explicitement programmés.

Il permet ainsi de prédire un phénomène à partir d’observations passées.

L’apprentissage statistique est un domaine en pleine extension et à fort potentiel exploité pour le médical depuis très récemment.

Jacques Le Bozec

Président du Conseil d’Administration

Après avoir passé plus de 15 ans au sein de sociétés américaines dans le domaine du dispositif médical, Jacques Le Bozec a fondé et dirigé la société Vitalitec, société spécialisée dans la conception, le développement, la production et la commercialisation au niveau mondial de dispositifs médicaux dans le domaine du vasculaire et cardiovasculaire.

Jacques Le Bozec a organisé la revente de Vitalitec à la société Peters Surgical en 2014. A ce titre, il a développé une expertise dans la structuration financière, la stratégie d’entreprise et la gestion des investisseurs.

En tant que Président du Conseil d’Administration, Jacques Le Bozec est en charge de définir la stratégie globale de la société et de gérer les relations avec les investisseurs.

Allan Rodriguez

Directeur Général

Allan est titulaire d’un MBA de l’Université Laval au Québec et diplômé de l’ESIEE en biotechnologies.

Il possède une expérience de créateur d’entreprise et d’accompagnateur de start-up innovante dans le domaine de la santé.

Il porte ce projet de start-up depuis 2013, et apporte, en tant que Directeur Général, ses compétences pour orienter et mettre en œuvre les décisions stratégiques de l’entreprise.

Thibaut Troude

Directeur Technique

Thibaut est ingénieur diplômé de l’Institut d’Optique en spécialité Traitement du Signal et de l’Image.

Au CNRS, il a initié avec les chercheurs à l’origine de VitaDX, les premiers développements techniques.

Passionné par l’analyse de donnée et l’intelligence artificielle, il est responsable chez VitaDX du développement des algorithmes de traitement d’images et d’apprentissage du dispositif.

En tant que Directeur Technique, sa mission est de permettre le passage d’une méthode de laboratoire à une solution industrielle déployable chez les clients.

Sébastien Nivet

Directeur Clinique

Sébastien Nivet est diplômé de l’ESC Rennes et possède plus de 15 ans d’expérience  dans  la commercialisation de produits de santé, tout d’abord sur le marché des soins à domicile puis sur le marché du dispositif médical à destination des hôpitaux et des cliniques.

Plus récemment, il a été Directeur Marketing au sein de la division vasculaire de la société Terumo. Sébastien est actuellement en charge des départements marketing et clinique et intervient également sur la stratégie de développement de l’entreprise.

PARTENAIRES

CONTACT

VitaDX International (+33) 143214455

65 AVENUE ARISTIDE BRIAND 35000 RENNES FRANCE

TOUR MAINE MONTPARNASSE 33, AVENUE DU MAINE 75015 PARIS, FRANCE